La hantise de la chevelure dans le roman "Bruges-la-­Morte" de Georges Rodenbach

Elena Dineva

Abstrakt

The Obsession with Hair in Georges Rodenbach’s Novel Bruges-la-Morte

This paper discusses a man’s obsession with the memories of his dead wife as represented in Georges Rodenbach’s novel Bruges‐la‐Morte. More precisely, Rodenbach draws a haunting picture of the woman’s hair, which is personified and acquires the dimension of a full‐fledged character in the novel. The Belgian author places Hugues Viane dead wife’s hair at the center of his particular vision of fictional space, vacillating between tangible and intangible (Boraczek 1999) as well as between sacred and demoniac. The woman’s gold braid is preserved in a glass case: by worshipping it, the widower makes a religion of his sorrow. Furthermore, the woman’s hair generates a dense web of analogies between Bruges, in which Bachelard (1942) sees the Ophelization of an entire city, Viane’s dead wife compared in the novel to a Virgin, and the actress Jane Scott, a femme fatale who seems to have the same blond hair as the dead woman. By doing so, Rodenbach places the woman’s figure at the crossroads between literature and visual arts.

Słowa kluczowe: hantise, chevelure, XIXe siècle, Bruges‐la‐Morte
References

Bachelard G., L’eau et les rêves, Paris, José Corti, 1942.

Berg C., « Le lorgnon de Schopenhauer. Les symbolistes Belges et les impostures du réel », [dans :] Cahiers de l’Association internationale des études françaises, 1982, no 34.

Berg C., « Bruges‐la‐Morte de G. Rodenbach, Lecture », http://www.ae‐lib.org.ua/texts/berg__rodenbach__fr.htm#06, 1986.

Bertrand J.‐P., « Une chevelure d’un jaune fluide et textuel : Bruges‐la‐Morte de Georges Rodenbach », [dans :] Correspondances, octobre 1993, no 3.

Bertrand J.‐P., Grojnowski D., « Présentation », [dans :] G. Rodenbach, Bruges‐la‐Morte, GF Flammarion, 1998.

Boraczek A., « Architectures d’intérieur : le partipris des choses dans l’œuvre poétique et romanesque de Georges Rodenbach », [dans :] J.‐P. Bertrand (dir.), Le Monde de Rodenbach, Bruxelles, Labor, 1999.

Cabral M., Mallarmé hors frontières : des défis de l’œuvre au filon symbolique du premier théâtre maeterlinckien, Amsterdam – New York, Rodopi, 2007.

Cousseau A., « Ophélie : histoire d’un mythe fin de siècle », [dans :] Revue d’histoire littéraire de la France, 2001, vol. 101, no 1.

Dineva E., « Le rôle de l’image dans l’éclatement de l’espace textuel : le cas du roman Bruges‐la‐Morte de Georges Rodenbach », [dans :] M. Velinova, T. Laurent (dir.), Normes et transgressions dans les littératures romanes, Sofia, CU Romanistika, 2017.

Dottin‐Orsini M., « Georges Rodenbach et la femme morte », [dans :] Nord’, revue de critique et de création littéraire du Nord/Pas‐de‐Calais, juin 1993, no 21.

Gitter E., « The Power of Women’s Hair in the Victorian Imagination », [dans :] PMLA, octobre 1984, vol. 99, no 5.

Gorceix P., Le Symbolisme en Belgique, Heidelberg, Carl Winter Universitätsverlag, 1982.

Gorceix P., Georges Rodenbach, Paris, Honoré Champion, 2006.

Joret P., « Bruges‐la‐Morte ou la fêlure d’un idéalisme : les racines idéologiques d’une fleur de papier », [dans :] Revue belge de philologie et d’histoire, 1988, t. 66, fasc. 3.

Lowrie J. O., « Ophelia becomes Medusa: Reversals and Ambiguity in Bruges‐la‐Morte », [dans :] Ph. Mosley (dir.), Georges Rodenbach: Critical Essays, London, Associated University Presses, 1996.

Lowrie J. O., « Reversals and Disappearance: Georges Rodenbach’s L’Ami des miroirs and Bruges‐la‐Morte », [dans :] Sightings. Mirrors in Texts – Texts in Mirrors, Amsterdam – New York, Rodopi, 2008.

Lutaud C., « Le mythe d’Ophélie chez Maeterlinck », [dans :] Textyles, 2012, no 41.

Mallarmé S., Poésies, Paris, Nouvelle Revue Française, 1914.

Michaux G., « La logique du meurtre dans Bruges‐la‐Morte de Georges Rodenbach », [dans :] G. Michaud (dir.), De Sophocle à Proust, de Nerval à Boulgakov : essai de psychanalyse lacanienne, Toulouse, ERES, 2008.

Ofek G., Representa3ons of hair in Victorian literature and culture, Farnham, Ashgate, 2009.

Renard, P., « Bruges‐la‐Morte et les images », [dans :] Nord’, revue de critique et de création littéraire du Nord/Pas‐de‐Calais, juin 1993, no 21.

Rodenbach, G., Bruges‐la‐Morte, Paris, GF Flammarion, 1998.

Sicotte G., « D’un coffret de verre. Sur quelques sources intertextuelles de Bruges‐la‐Morte », [dans :] J.‐P. Bertrand (dir.), Le Monde de Rodenbach, Bruxelles, Labor, 1999.

Śniedziewski P., « Le repliement de l’histoire personnelle – la mélancolie dans Bruges‐la‐Morte de Georges Rodenbach », [dans :] Histoire et imagination. Mélanges offerts à Wiesław Mateusz Malinowski, M. Loba, M. Sukiennicka (dir.), Poznań, Wydawnictwo Naukowe UAM, 2019.

Spee B., « Bruges‐la‐Morte ou comment échapper au miroir ? », [dans :] Petites études littéraires, 2013, no 2.

La première forme de la revue est la version électronique.